caor@mines-paristech.fr

Soutenance de thèse – « Contributions en traitements basés points pour le rendu et la simulation en mécanique des fluides »

Hassan Bouchiba a plaisir d’annoncer sa soutenance de thèse le 5 juillet 2018 à 14h30, sous réserve d’avis favorable des rapporteurs.

Sa thèse est intitulée « Contributions en traitements basés points pour le rendu et la simulation en mécanique des fluides ».

La soutenance se tiendra en salle L109 à l’école des Mines ParisTech, 60 bd Saint Michel 75006.

Jury :

  • – M. Tamy Boubekeur, LTCI, Telecom ParisTech (Rapporteur)
  • – M. Florent Lafarge, Titane research group, Inria (Rapporteur)
  • – M. Mathieu Brédif, MATIS, IGN (Examinateur)
  • – Mme. Marie-Paule Cani, STREAM team, LIX, Ecole Polytechnique (Examinatrice)
  • – M. Thierry Coupez, CEMEF, Mines ParisTech (Examinateur)
  • – M. Jean-Emmanuel Deschaud, CAOR, Mines ParisTech (Examinateur)
  • – M François Goulette, CAOR, Mines ParisTech (Examinateur)

Résumé :

Le nuage de points 3D est la donnée obtenue par la majorité des méthodes de numérisation surfacique actuelles. Nous nous intéressons ainsi dans cette thèse à l’utilisation de nuages de points comme unique représentation explicite de surface. Cette thèse présente deux contributions en traitements basés points.

La première contribution proposée est une nouvelle méthode de rendu de nuages de points bruts et massifs par opérateurs pyramidaux en espace image. Cette nouvelle méthode s’applique aussi bien à des nuages de points d’objets scannés, que de scènes complexes. La succession d’opérateurs en espace image permet alors de reconstruire en temps réel une surface et d’en estimer des normales, ce qui permet par la suite d’en obtenir un rendu par ombrage. De plus, l’utilisation d’opérateurs pyramidaux en espace image permet d’atteindre des fréquences d’affichage plus élevées d’un ordre de grandeur que l’état de l’art.

La deuxième contribution présentée est une nouvelle méthode de simulation numérique en mécanique des fluides en volumes immergés par reconstruction implicite étendue. La méthode proposée se base sur une nouvelle définition de surface implicite par moindres carrés glissants étendue à partir d’un nuage de points. Cette surface est alors utilisée pour définir les conditions aux limites d’un solveur Navier-Stokes par éléments finis en volumes immergés, qui est utilisé pour simuler un écoulement fluide autour de l’objet représenté par le nuage de points. Le solveur est interfacé à un mailleur adaptatif anisotrope qui permet de capturer simultanément la géométrie du nuage de points et l’écoulement à chaque pas de temps de la simulation.

Comments are closed.