caor@mines-paristech.fr

Actualités

12
Sep

Premier prix au « CARLA Autonomous Driving challenge » 2019 (catégorie « vision-only »)

Marin Toromanoff (doctorant CIFRE Valeo encadré par Fabien Moutarde) a obtenu le PREMIER PRIX au « CARLA Autonomous Driving challenge » 2019 (catégorie « vision-only »).
Cette distinction récompense son approche d’Apprentissage Profond par Renforcement (Deep Reinforcement Learning) pour la conduite autonome fondée sur la vision, qui a obtenu les meilleures performances pour la « track 2 » (vision seule) dans cette compétition internationale. Ce benchmark évalue dans l’environnement de simulation CARLA la capacité d’algorithmes de conduite automatisée à effectuer des trajets quelconques dans une ville inconnue, en respectant les feux tricolores et en évitant les collisions avec autres véhicules et piétons.

Vidéo des résultats de approche d’Apprentissage Profond par Renforcement de Marin Toromanoff

30
Août

Publications de 2019 IEEE Intelligent Vehicles Symposium (IV) disponibles

Les publications du Symposium IV19 à Paris en juin 2019 organisé par le Centre de Robotique MINES ParisTech, VEDECOM et l’IFSTTAR sont maintenant disponibles sur IEEE Explore.

IV2019IV2019-organizers

26
Juil

Fusion de capteurs pour l’apprentissage non supervisé de cas rares appliquée aux voitures autonomes

Titre de la thèse:

Fusion de capteurs pour l’apprentissage non supervisé de cas rares appliquée aux voitures autonomes

Contexte:

Huawei travaille sur des systèmes clés de la plate-forme de conduite autonome L2-L3 et se concentre de plus en plus sur le développement de technologies de pointe nécessaires à l’autonomie L4-L5. Demain, les voitures autonomes pilotées par AI associeront l’informatique en calcul périphérique et dans le cloud, à un grand nombre de capteurs pour transporter les personnes de manière sûre et autonome, ainsi que pour la livraison autonome de marchandise. Chez Huawei, nous développons une chaine complète de technologies pour réaliser ce rêve, comprenant des unités de calcul, des capteurs, de l’infrastructure de communication et du cloud. Nous recherchons les meilleurs candidats pour la thèse CIFRE avec une formation en vision par ordinateur, apprentissage profond, apprentissage par renforcement, cartographie, perception, fusion de capteurs, cognition et autres domaines connexes, afin de travailler au sein de l’équipe IoV à Paris Research Center (PRC) . En tant que membre IoV PRC, vous travaillerez en étroite collaboration avec de nombreuses équipes dans le monde entier pour développer votre expertise et pour transférer avec succès les résultats de vos recherches dans de vrais produits.

Un des axes importants des travaux du Centre de Robotique-CAOR de l’Ecole des Mines de Paris et d’ARMINES est la mise au point d’outils, d’algorithmes et d’applications d’analyse temps-réel de flux issus de multiples capteurs, dont des caméras. De nombreuses applications ont ainsi été développées dans le domaine des Systèmes de Transport Intelligents (STI). Des outils et algorithmes performants de reconnaissance visuelle de catégorie d’objet (piétons, voitures, visages, panneaux routiers) ont été développés dans ce contexte.

Cette plate-forme logicielle est aujourd’hui commercialisée par l’entreprise INTEMPORA sous le nom de RT-MAPS pour Real Time Multisensor Advanced Prototyping Software. Elle permet l’acquisition et le prototypage puis l’exécution de traitement temps-réel de flux de données synchronisés, étant utilisée par de nombreux acteurs industriels et académiques tels que Valeo, PSA, Renault, l’INRIA, l’INRETS, etc. dans différents projets tels que Cybercars ou CityMobil.  Enfin le Centre de Robotique a acquis une certaine expertise sur l’utilisation dans le contexte temps-réel de diverses méthodes pour la fusion de données (filtrage particulaire, théorie des possibilités, etc…). Au travers de ce projet l’expertise apportée par le Centre de Robotique dans le domaine des systèmes de perception pour les véhicules, pourra être mise à profit dans cette thèse.

Sujet de recherche:

Le sujet principal de cette thèse doit être centré sur la résolution du problème de la fusion de capteurs pour un apprentissage non supervisé de cas rares, en exploitant une grande quantité de données disponibles à l’aide de plusieurs capteurs et véhicules. En combinant les résultats du traitement de la même entité physique par plusieurs capteurs redondants et par des données cartographiques, il est possible de détecter les causes des défaillances, en comparant les résultats obtenus entre plusieurs sources. L’apprentissage non supervisé devrait améliorer encore plus la précision de la recherche des erreurs, en particulier dans les cas rares où les données d’apprentissage pour les capteurs conventionnels sont absentes, ces données ne comportant pas d’annotations manuelles. Toutefois, les méthodes automatisées SOTA pourraient être utilisées pour extraire des informations relevantes sur la perception, sur la localisation et sur la cartographie afin de transformer le problème en solution. L’apprentissage non supervisé étant considéré comme l’un des problèmes les plus difficiles de nos jours, nous nous attendons à des progrès considérables dans ce domaine, qui pourraient permettre à des véhicules automatisés suffisamment fiables de faire partie de notre vie quotidienne.

Description des activités de recherche:

–  Étudier l’état de l’art sur la perception, sur la fusion de capteurs et sur la cognition

– Étudier l’état de l’art de l’apprentissage supervisé et non-supervisé

– Identifier les principaux verrous technologiques dans SOTA de (1 et 2) avec une application aux problèmes de la conduite autonome

– Proposer une nouvelle solution à l’un des principaux verrous technologiques (3) en mettant l’accent sur les applications pratiques à grande échelle pour les voitures autonomes

– Algorithme de recherche et développement basé sur la solution proposée (4), capable d’identifier de manière non supervisée des défaillances rares de divers capteurs dans le but d’améliorer la précision des données de capteur pour les voitures autonomes.

– Appliquer l’algorithme proposé (5) au domaine des voitures autonomes utilisant des jeux de données existants ou spécialement collectés

– Publier les résultats de recherche dans les meilleures conférences et participer à des séminaires scientifiques

Encadrement:

Cette thèse sera supervisée conjointement par Huawei Technologies France et le Centre de Robotique de MINES ParisTech et d’ARMINES

Conditions préalables:

Le candidat doit être motivé pour mener des recherches de classe internationale et posséder un Master en vision par ordinateur et/ou robotique. Il/Elle devra avoir de solides compétences dans les domaines suivants:

– Implémenter du code en Python et en C ++

– Appliquer ou utiliser les bibliothèques existantes pour un apprentissage approfondi des tâches liées au projet

– Bonne connaissance des outils Git, ROS, OpenCV, Boost, multi-threading, CMake, Make et Linux

– Documentation du code et de l’algorithme

– Reporting et planification du projet

– Rédaction de publications scientifiques et participation à des conférences

– Maîtrise de l’anglais, parlé et écrit; Le français et/ou le chinois est un plus

– Aptitudes interculturelles et de coordination, attitude pratique et volontaire

– Aptitudes interpersonnelles, esprit d’équipe et style de travail indépendant

Contact:

Les candidats intéressés doivent envoyer un CV détaillé comprenant les notes de leur Master à dzmitry.tsishkou@huawei.com et à bogdan.stanciulescu@mines-paristech.fr .

Les candidats doivent posséder un visa de travail en France, ou être ressortissants d’un des états de l’Union Européenne ou de l’Espace Economique Européen.

Date limite:

Notre objectif est de pourvoir ce poste le plus rapidement possible et de commencer au 2e semestre 2019. Les candidatures seront examinées jusqu’à ce qu’un candidat approprié soit trouvé.

Financement et localisation:

Le doctorat sera financé par un contrat CIFRE et se tiendra en région parisienne (Boulogne Billancourt et Paris), en France.

26
Juil

Modélisation réaliste de scenarii de conduite basés sur la fusion de capteurs appliquée aux voitures autonomes

Titre de thèse:
Modélisation réaliste de scenarii de conduite basés sur la fusion de capteurs appliquée aux voitures autonomes

Contexte:
Huawei travaille sur des systèmes clés de la plate-forme de conduite autonome L2-L3 et se concentre de plus en plus sur le développement de technologies de pointe nécessaires à l’autonomie L4-L5. Demain, les voitures autonomes pilotées par AI associeront l’informatique en calcul périphérique et dans le cloud, à un grand nombre de capteurs pour transporter les personnes de manière sûre et autonome, ainsi que pour la livraison autonome de marchandise. Chez Huawei, nous développons une chaine complète de technologies pour réaliser ce rêve, comprenant des unités de calcul, des capteurs, de l’infrastructure de communication et du cloud. Nous recherchons les meilleurs candidats pour la thèse CIFRE avec une formation en vision par ordinateur, apprentissage profond, apprentissage par renforcement, cartographie, perception, fusion de capteurs, cognition et autres domaines connexes, afin de travailler au sein de l’équipe IoV à Paris Research Center (PRC) . En tant que membre IoV PRC, vous travaillerez en étroite collaboration avec de nombreuses équipes dans le monde entier pour développer votre expertise et pour transférer avec succès les résultats de vos recherches dans de vrais produits.

 

Un des axes importants des travaux du Centre de Robotique-CAOR de l’Ecole des Mines de Paris et d’ARMINES est la mise au point d’outils, d’algorithmes et d’applications d’analyse temps-réel de flux issus de multiples capteurs, dont des caméras. De nombreuses applications ont ainsi été développées dans le domaine des Systèmes de Transport Intelligents (STI). Des outils et algorithmes performants de reconnaissance visuelle de catégorie d’objet (piétons, voitures, visages, panneaux routiers) ont été développés dans ce contexte.

Cette plate-forme logicielle est aujourd’hui commercialisée par l’entreprise INTEMPORA sous le nom de RT-MAPS pour Real Time Multisensor Advanced Prototyping Software. Elle permet l’acquisition et le prototypage puis l’exécution de traitement temps-réel de flux de données synchronisés, étant utilisée par de nombreux acteurs industriels et académiques tels que Valeo, PSA, Renault, l’INRIA, l’INRETS, etc. dans différents projets tels que Cybercars ou CityMobil.  Enfin le Centre de Robotique a acquis une certaine expertise sur l’utilisation dans le contexte temps-réel de diverses méthodes pour la fusion de données (filtrage particulaire, théorie des possibilités, etc…). Au travers de ce projet l’expertise apportée par le Centre de Robotique dans le domaine des systèmes de perception pour les véhicules, pourra être mise à profit dans cette thèse.

Sujet de recherche:
Le sujet principal de cette thèse sera centré sur la résolution du problème de la modélisation réaliste de scénarios de conduite, basés sur la fusion de capteurs et en exploitant une grande quantité de données disponibles à l’aide de plusieurs capteurs et véhicules. Ces données ne comportent pas d’annotations manuelles. Toutefois, des méthodes SOTA automatisées pourraient être utilisées pour extraire des informations précieuses sur la perception, sur la localisation et la cartographie afin de transformer le problème en solution. La simulation joue un rôle majeur dans l’augmentation de la précision de la perception, de la fusion de capteurs, de la cartographie, de la planification et du contrôle. Cependant, il n’existe actuellement aucun modèle réaliste des scenarii de conduite, pouvant imiter de manière adéquate le comportement rationnel des objets mobiles. Cela limite le champ d’utilisation de la simulation, il est donc toujours nécessaire de collecter une grande quantité de données réelles. En introduisant des modèles de conduite réalistes, on pourrait réduire l’écart et accélérer le développement de voitures autonomes en augmentant la valeur de la simulation. La modélisation réaliste des scénarios de conduite est considérée comme l’un des problèmes les plus difficiles à relever à ce jour. Nous espérons donc que des progrès considérables seront accomplis dans ce domaine, ce qui pourrait permettre à des véhicules automatisés hautement sécurisés de faire partie de notre vie quotidienne.

Description des activités de recherche:
– Étudier l’état de l’art sur la perception, sur la fusion de capteurs et sur la cognition
– Étudier l’état d’art en matière de modélisation de scénarios de conduite et de planification et/ou contrôle
– Identifier les principaux verrous technologiques dans SOTA de (1 et 2) avec une application aux problèmes de la conduite autonome
– Proposer une nouvelle solution à l’un des principaux verrous technologiques (3) en mettant l’accent sur les applications pratiques à grande échelle pour les voitures autonomes
– Recherche et développement d’un algorithme basé sur la solution proposée (4) permettant de modéliser des scenarii de conduite réalistes, en mettant l’accent sur l’amélioration de la planification / du contrôle de la conduite autonome
– Appliquer l’algorithme proposé (5) au domaine des voitures autonomes utilisant des jeux de données existants ou spécialement collectés
– Publier les résultats de recherche dans les meilleures conférences et participer à des séminaires scientifiques

Encadrement:
Cette thèse sera supervisée conjointement par Huawei Technologies France et le Centre de Robotique de MINES ParisTech et d’ARMINES

Conditions préalables:
Le candidat doit être motivé pour mener des recherches de classe internationale et posséder un Master en vision par ordinateur et/ou robotique. Il/Elle devra avoir de solides compétences dans les domaines suivants:
– Implémenter du code en Python et en C ++
– Appliquer ou utiliser les bibliothèques existantes pour un apprentissage approfondi des tâches liées au projet
– Bonne connaissance des outils Git, ROS, OpenCV, Boost, multi-threading, CMake, Make et Linux
– Documentation du code et de l’algorithme
– Reporting et planification du projet
– Rédaction de publications scientifiques et participation à des conférences
– Maîtrise de l’anglais, parlé et écrit; Le français et/ou le chinois est un plus
– Aptitudes interculturelles et de coordination, attitude pratique et volontaire
– Aptitudes interpersonnelles, esprit d’équipe et style de travail indépendant

Contact:
Les candidats intéressés doivent envoyer un CV détaillé comprenant les notes de leur Master à dzmitry.tsishkou@huawei.com et à bogdan.stanciulescu@mines-paristech.fr .

Les candidats doivent posséder un visa de travail en France, ou être ressortissants d’un des états de l’Union Européenne ou de l’Espace Economique Européen.

Date limite:
Notre objectif est de pourvoir ce poste le plus rapidement possible et de commencer au 2e semestre 2019. Les candidatures seront examinées jusqu’à ce qu’un candidat approprié soit trouvé.

Financement et localisation:
Le doctorat sera financé par un contrat CIFRE et se tiendra en région parisienne (Boulogne Billancourt et Paris), en France.

6
Mai

Soutenance de thèse – Xavier Roynard

Xavier Roynard a le plaisir de vous inviter à ma soutenance de thèse le lundi 3 juin 2019 à 14h30.

Lieu : Mines ParisTech, 60 boulevard Saint Michel 75006 Paris
Salle : amphi L109

Réalisée au Centre de Robotique de Mines ParisTech sous la direction de François Goulette et encadrée par Jean-Emmanuel Deschaud, elle sera soutenue en français et s’intitule: « Sémantisation à la Volée de Nuages de Points 3D acquis par Systèmes Embarqués » (« On-the-Fly Semantization of 3D Point Clouds Acquired by Embedded Systems » en anglais).

Le jury sera composé comme suit :

  • – Paul CHECCHIN – Université Clermont Auvergne (Rapporteur)
  • – Bruno Vallet – IGN Institut national de l’information géographique et forestière (Rapporteur)
  • – Martin Weinmann – KIT Karlsruhe Institute of Technology (Examinateur)
  • – Beatriz Marcotegui – CMM Mines ParisTech (Examinateur)
  • – Jean-Emmanuel Deschaud – CAOR Mines ParisTech (Examinateur)
  • – François Goulette – CAOR Mines ParisTech (Examinateur)

Résumé :
Cette thèse se trouve à la confluence de deux mondes en pleine explosion : la voiture autonome et l’intelligence artificielle (particulièrement l’apprentissage profond). Le premier tirant profit du deuxième, les véhicules autonomes utilisent de plus en plus de méthodes d’apprentissage profond pour analyser les données produites par ses différents capteurs (dont les LiDARs) et pour prendre des décisions. Alors que les méthodes d’apprentissage profond ont révolutionné l’analyse des images (en classification et segmentation par exemple), elles ne produisent pas des résultats aussi spectaculaires sur les nuages de points 3D. en particulier parce que les jeux de scènes données de nuages de points 3D annotés sont rares et de qualité moyenne. On présente donc dans cette thèse un nouveau jeu de données réalisé par acquisition mobile pour produire suffisamment de données et annoté à la main pour assurer une bonne qualité de segmentation. De plus ces jeux de !
données sont par nature déséquilibrés en nombre d’échantillon par classe et contiennent beaucoup d’échantillons redondants, on propose donc une méthode d’échantillonnage adaptée à ces jeux de données. Un autre problème rencontré quand quand on essaye de classifier un point à partie de son voisinage sous forme de grille voxelique est le compromis entre un pas de discrétisation fin (pour avoir décrire précisément la surface voisine du point) et une grille de taille élevée (pour aller chercher du contexte un peu plus loin). On propose donc également des méthodes de réseaux tirant profit de voisinages multi-échelles. Ces méthodes atteignent l’état de l’art des méthodes de classification par points sur des benchmark publique. Enfin pour respecter les contraintes imposées par les systèmes embarqués (traitement en temps réel et peu de puissance de calcul), on présente une méthode qui permet de n’appliquer les couches convolutionnelles que là où i!
l y a de l’information à traiter.

Abstract:
This thesis is at the confluence of two worlds in rapid growth: autonomous cars and artificial intelligence (especially deep learning). As the first takes advantage of the second, autonomous vehicles are increasingly using deep learning methods to analyze the data produced by its various sensors (including LiDARs) and to make decisions. While deep learning methods have revolutionized image analysis (in classification and segmentation for example), they do not produce such spectacular results on 3D point clouds. This is particularly true because the datasets of annotated 3D point clouds are rare and of moderate quality. This thesis therefore presents a new dataset developed by mobile acquisition to produce enough data and annotated by hand to ensure a good quality of segmentation. In addition, these datasets are inherently unbalanced in number of samples per class and contain many redundant samples, so a sampling method adapted to these datasets is proposed. Another problem e!
ncountered when trying to classify a point from its neighbourhood as a voxel grid is the compromise between a fine discretization step (for accurately describing the surface adjacent to the point) and a large grid (to look for context a little further away). We therefore also propose network methods that take advantage of multi-scale neighbourhoods. These methods achieve the state of the art of point classification methods on public benchmarks. Finally, to respect the constraints imposed by embedded systems (real-time processing and low computing power), we present a method that allows convolutional layers to be applied only where there is information to be processed.

9
Avr

Quantitative Models of Human Behavior: Econometrics, Machine Learning, or Both?

Le Centre de Robotique a le plaisir d’accueillir Prof. Joan Walker (Université de Californie, Berkeley) durant une année. Joan Walker fera une présentation sur ses travaux portant sur la modélisation quantitative des comportements humains. La présentation aura lieu le mercredi 17 avril de 11h00 à 12h00 dans la salle Chevalier à MINES ParisTech.

Abstract

Many aspects of engineering, planning, and policy involve a human element, be it consumers, businesses, governments, or other organizations. Effective design and management require understanding this human response. This talk focuses on behavioral theories and the use of quantitative methods to analyze human response, comparing and contrasting more traditional approaches grounded in economics with more recent efforts from machine learning.

Bio

joan_walkerJoan Walker is a Professor of Civil Environmental Engineering at UC Berkeley. She has served twice as Acting Director of UC Berkeley’s Institute of Transportation Studies and as Co-Director of its Center for Global Metropolitan Studies. She received her Bachelor’s degree in Civil Engineering from UC Berkeley and her Master’s and PhD degrees in Civil and Environmental Engineering from MIT. Prior to joining UC Berkeley, she was Director of Demand Modeling at Caliper Corporation and an Assistant Professor of Geography and Environment at Boston University. She is a recipient of the Presidential Early Career Award for Scientists and Engineers (PECASE) – the highest honor bestowed by the U.S. government on scientists and engineers beginning their independent careers. She is the Chair of the Committee on Transportation Demand Forecasting (ADB40) for the Transportation Research Board of the National Academies.
www.JoanWalker.com

8
Avr

DIAGNOSTIC DES FLUX LOGISTIQUES : DEEP LEARNING AU SERVICE DE LA LOGISTIQUE URBAINE

Ce projet vise à établir un diagnostic des flux logistiques réels, associés à une zone urbaine définie. Ceci, En utilisant des algorithmes de Deep Learning pour la reconnaissance et classification d’image. Il s’inscrit dans un axe majeur de travail de la Chaire de Logistique Urbaine MINES ParisTech PSL : «l’aide à la décision pour les collectivités et les professionnels». Ce projet est notamment encadré par le mécénat de la Mairie de Paris et de l’ADEME.

L’établissement d’un vrai diagnostic des flux logistiques urbains permettrait :

  • une prévision des impacts des nouvelles règlementations (limitation des horaires d’accès, choix de piétonisation) ;
  • une orientation « adaptée au terrain » des projets de voierie;
  • un bilan réel des nuisances (émissions, bruit, congestion).

L’idée de base consiste à délimiter la zone urbaine en identifiant ses grands axes afin d’y effectuer un comptage automatique de véhicules pendant une certaine durée. Ensuite les informations de tous les points de comptage sont agrégées et un bilan statistique est réalisé. La vidéo ci-après montre le résultat de classification des algorithmes développés:

Téléchargez ici la fiche A4 du projet.

8
Avr

Data mining au service de la prévision des ventes

Le centre de robotique a réalisé un travail d’exploration de données (i.e. data mining) dansle cadre du projet d’amélioration de la prévision des ventes au sein du Groupe POMONA. Les données étudiées correspondent aux historiques de ventes de deux succursales de la branche Passion Froid (Bordeaux et Lille).

Ces données ont été transformées et normalisées afin d’identifier le profil saisonnier de chaque référence. Ensuite un algorithme de partitionnement de données (i.e. data clustering) a été implémenté afin d’identifier des ensembles de références homogènes en termes de saisonnalité.

L’algorithme utilisé est une hybridation entre la méthode de k-moyènnes (k-means) et la déformation temporelle dynamique (DTW pour Dynamic Time Warping en anglais). Les résultats de partitionnement ont permis de segmenter le catalogue POMONA en 4 profils saisonniers majeurs.

clustering sales profiles

Pour plus d’informations contactez Simon Tamayo.

 

4
Avr

ARCHEO3D

Dates de réalisation : du 01/02/2019 au 31/01/2022

Type de projet : Français, PSL IRIS

Financeur : Université PSL

Chercheurs associés : François Goulette et Jean-Emmanuel Deschaud

Résumé du projet :

Les nouvelles techniques d’imagerie 3D transforment radicalement la manière de travailler des archéologues, en permettant une approche volumétrique et en affinant la perception des traces d’outils. L’artisanat celtique du métal offre un excellent champ d’application pour tester et perfectionner ces instruments d’investigation. La lecture et la compréhension des décors, des traces d’outils et la recherche d’ateliers bénéficieront de ces nouvelles avancées développées au sein de PSL (partenariat ENS, C2RMF / Chimie-ParisTech et Mines-ParisTech).

Le projet ARCHEO3D, a pour ambition de répondre à un certain nombre de questions clés liées aux techniques de fabrication et aux procédés décoratifs. La reconnaissance automatique de formes et plus particulièrement de motifs sculptés répétés par estampage sur un ou différents objets numérisés permettra de comparer, sur des bases mathématiques et statistiques fiables, de grandes séries d’objets comme les émissions monétaires ou des objets complexes présentant une ornementation répétitive.

ARCHEO3D

 

4
Avr

REPLICA

Dates de réalisation : du 18/10/2018 au 17/10/2021

Type de projet : Français, FUI25

Financeur : BPI France

Chercheurs associés : François Goulette et Jean-Emmanuel Deschaud

Site Web du projet : http://projet-replica.com/

Résumé du projet :

Le projet REPLICA a pour vocation de compléter les plateformes de simulation existantes avec des briques nouvelles afin de franchir le gap attendu en test du véhicule autonome.

Le véhicule intelligent et autonome est un enjeu majeur pour les constructeurs automobiles et crucial pour la compétitivité mondiale de la filière automobile Française.

L’introduction progressive sur le marché des fonctions de conduite autonome a été définie au niveau mondial selon 6 niveaux d’autonomie (0 à 5). Les véhicules autonomes de niveau 3 et 4 devraient se généraliser sur les routes à horizon 2021-2025.

Pour la validation des algorithmes de conduite autonome et des systèmes ADAS (aide à la conduite), les méthodes classiques de roulage avec des prototypes, qu’ils soient sur pistes ou sur routes ouvertes, atteindront des coûts et des durées inenvisageables pour les industriels. Aussi, 99% des tests devront se faire en environnements virtuels simulés. Ceci représente plusieurs centaines de millions de kilomètres de roulage virtuel à réaliser en numérique.

Les outils actuels de simulation souffrent de 2 limitations majeures : d’un côté celui de la représentativité virtuelle de la route, du trafic et des capteurs du véhicule autonome, et de l’autre celui de la productivité des scenarii de tests.

Le projet REPLICA permettra de compléter les plateformes de simulation existantes avec des briques nouvelles qui permettront ces simulations massives avec une efficacité suffisante en termes de couverture de conditions d’usage ou de détection de situations critiques.

REPLICA